Cela fait maintenant quelques années que des couturiers, artistes ou amateurs proposent à nouveau du jean made in France. La réhabilitation d’un patrimoine conséquent est en marche. En effet, d’anciens métiers à tisser sont remis en marche, de nouveau produits voient le jour. La question de la qualité du produit et de son coup environnemental apparait de plus plus en plus. Mais d’ou vient cette matière ?

Les premières apparitions du Jean et du Denim

L’origine des ces deux matières remontent à plusieurs siècles. Voici leur histoire. 

Le Jean

L’histoire du Jean est aussi fascinante qu’originale. Mais surtout méconnue. Combien sommes-nous à savoir que ce fameux tissu est originaire de la ville de Gènes ? Maintenant vous en faites partie. En revanche, vous pourrez briller en société dès lors que vous aurez compris. Le tissu, créée à Gènes, portera le nom de cette ville. Après un voyage outre atlantique, et son utilisation pour la confection de vêtements, le nom sera peu à peu anglicisé. Le Jean est né. 

Pour continuer, revenons en à sa composition. C’est au XVIème siècle que la ville construit sa renommée grâce à un tissu robuste, mélangeant la laine et le lin. A l’époque il est utilisé comme voile pour les navires ou d’habillage pour les marins. Sa teinte bleutée participera à le différencier facilement des autres tissus utilisés. 

Sa composition, sa couleur mais surtout sa robustesse seront les raisons de sa diffusion planétaire que nous connaissons aujourd’hui. De nos jours, peu de personnes n’ont pas un seul vêtement dans cette matière. 

Le Denim 

Voici une autre anecdote afin de briller en société. En effet, c’est à Nîmes que continue notre histoire… Vous ne trouvez pas le lien ? Le Denim et un tissu de Nîmes… Comme son cousin le Jean, le nom a fini par être anglicisé. En perdant encore une fois, des siècles plus tard sont origine directe, la ville française. L’histoire du jean made in France commence ici. 

Quelques temps après la diffusion du tissu de Gênes, des tisserands français tentent de le reproduire. Mais sans succès. En revanche, grâce à leur persévérance, il trouvent une composition de textile, mélangeant la soie et la laine. Ils obtiennent un tissu relativement similaire. Teinté lui aussi par un bleu de Gênes. Le Denim est né et sera aussi diffusé mondialement. 

Aujourd’hui les marquages tendent à flouter ces origines. Notamment depuis le Jean Denim de Levi Strauss. Mais il n’enlève en rien la qualité de ce tissu robuste et utile. 

De la Voile aux premiers pantalons 

Pour continuer, il faut attendre l’association de Monsieur Levi Strauss et Monsieur Jacob Davis avant de voir apparaitre le premier pantalon en Jean. A l’époque, Strauss est commerçant aux Etats-Unis de la toile en question. Et Davis est son client. C’est alors que ce dernier decide de tailler un pantalon renforcé pour un client bucheron. Le pantalon est d’une telle qualité, d’une telle robustesse et longévité que les bucherons et mineurs de la région sont conquis. 

Davis propose alors à Strauss de s’associer afin de produire des pantalons de travail. Lors de sa démonstration, Davis montrera à son compagnon 2 pantalons. Dont un en Denim. Ils déposent ensemble leur brevet de conception.

Le succès est immédiat. En effet, ils sont alors les seuls à proposer un pantalon plutôt qu’une salopette. De plus, la solidité participe à leur réputation du fait de renforts à certains endroits clés du pantalon. 

Du vêtement spécialisé pour le travail au pantalon commun 

De nombreux changements et de nombreuses améliorations vont apparaitre au fil du temps. Voici quelques étapes clés ce de processus de changement qui prendra de nombreuses années, dans l’ordre de leur apparition. 

  • Un pantalon de travail pour femme est créée.
  • Des passants pour ceintures sont ajoutés et font disparaitre petit à petit l’usage des bretelles, très fréquentes à l’époque.
  • Les publicités américaines montrant l’utilisation de jean par des paysans et des cowboys participe grandement à sa réputation.
  • A l’époque de l’avant guerre, le jean commence sa démocratisation, même dans les milieux peu ouvriers, et chez les femmes. 
  • Les années 1950 apportent un symbole important : celui de la jeunesse, de la révolte et de la contestation. La raison de cela est le port de plus en plus fréquent du jean, notamment dans des groupes de motards comme les blousons noirs. Le jean est même interdit un temps dans les écoles du fait de la réputation qui lui colle au tissu. 
  • Enfin, les hippies apporterons une des dernières touches connues au pantalon. En effet, la mode voudra que l’on colore ou modifie son pantalon en jean grâce à des motifs, des franges, des taille originales etc. Le patte d’éléphant est la référence de cette période. 
  • Les années 80-90 connaissent un ralentissement du phénomène avec l’apparition de tissus plus légers. Mais jamais le port du jean ne sera complètement abandonnée. 
  • Aujourd’hui les différents courants de mode on encore révolutionné ce vêtement. De nombreuses coupes sont apparues :
          • Regular ou coupe droite ;
          • Slim, skinny ou près du corps ;
          • Flare ou patte deph ;
          • Boot cut ;
          • Boyfriend ;
          • Baggy ;
          • Taille haute, moyenne ou basse ;
          • Etc.

 

Le jean made in France, le retour en force

On peut maintenant dire qu’une partie du l’histoire du jean est liée à la France. Mais, lors du siècle dernier, le savoir faire des artisans tisserands a tendu à disparaitre. En revanche depuis quelques années, de nombreuses personnes tentent de faire renaitre ce savoir faire important en re-localisant les productions et en utilisant à nouveau de vieux métiers à tisser. Voici une liste non exhaustive de nos marques françaises qui fabrique de jeans Made in France. 

Ce que propose la marque

Pantalons

autres

pièces

jeans

autres pièces en coton

Bio

Recyclé

Tissage en France

Confection en France

Prix le plus bas pour un Homme

Prix le plus bas pour une Femme

Labels

1083

99 €

99 €

OFG

Atelier Truffery

99 €

99 €

EPV ; Douanes ; OFG

Ateliers de Nimes

170 €

170 €

AVN

170 €

Bolid’ster

179 €

179 €

Chevrons

149 €

149 €

DAO

130 €

120 €

Gentle Factory

110 €

109 €

OFG

Jean le Gaulois

149 €

149 €

Falzar

139 €

Patrimoine

179 €

179 €

Verdury

130 €